Sénateur des Bouches-du-Rhône

Jérémy Bacchi
Sénateur des Bouches-du-Rhône
Membre du groupe CRCE

Membre de la commission de la Culture, de l’éducation et de la communication et membre de la commission des Affaires européennes

Elu le 27 septembre 2020

Courrier adressé à la Direction régionale du Groupe La Poste

Courrier envoyé le 26 avril à la Direction régionale Groupe La Poste et à la Déléguée Régionale Groupe La PACA

Madame la Déléguée,

Par la présente je souhaite, en premier lieu, vous faire part de mon inquiétude quant à l’évolution de la situation de l’emploi sur votre site d’Euromed.

Les éléments d’information qui m’ont été transmis laissent envisager la suppression de pas moins de 30% des effectifs, soit la disparition de 43 emplois sur les 140 que compte ce site.

Il est bien évidement illusoire d’imaginer que cette suppression drastique ne soit pas suivie d’une dégradation de l’offre de service aux usagers et des conditions de travail des agents postaux.

Dans un secteur en pleine transformation urbaine et appelé à accueillir dans les années à venir de nombreuses et nouvelles populations, ce choix interpelle et ne peut que s’expliquer par des objectifs de rentabilité financière, dans la suite logique de la transformation de La Poste en société anonyme.

Je partage donc complétement l’inquiétude et l’incompréhension des usagers et des postiers face à ce projet de réorganisation qui s’apparente plus, à nouveau hélas, à un abandon des missions de services publics pourtant si essentielles à nos populations.

Il en est de même concernant la situation de la remise aux usagers des plis et colis dans certains quartiers populaires du 14ème arrondissement de Marseille.

En effet, sur la base de prétendues contraintes techniques et d’inadaptation des boîtes aux lettres, les colis ne sont plus déposés auprès des usagers qui doivent systématiquement venir les récupérer en agence.

Si des situations particulières ont pu nécessiter ce fonctionnement, des travaux et des aménagements ont, dans beaucoup de cités et copropriétés, étaient réalisés et plus rien ne justifie un retour à l’offre de service normale.

Sauf à considérer qu’il s’agit, à nouveau, de diminuer la présence des agents postaux sur le terrain, au plus près des usagers, pour des considérations de rentabilité financière.

Dans une période marquée par la précarisation d’une part croissante de la population et par l’exaspération face à la disparition des services publics, les deux situations sur lesquelles je vous alerte ne sont pas acceptables.

Aussi, je vous invite à les reconsidérer à travers le dialogue avec les usagers, les postiers et leurs organisations syndicales et je me tiens à votre disposition pour tout échange relatif à ce dossier.

Sachant pouvoir compter sur votre attention particulière à l’égard de mon interpellation, je vous prie d’agréer, Madame la Déléguée, l’expression de mes sincères salutations.

Commentaires fermés